News

Monsieur Francisco Hernández reçoit le prix de l'association espagnole de photographes professionnels le "Lux de Plata 2013"

Monsieur Francisco Hernández a réalisé une série de photos fin 2012 qui lui a value le prix "Lux de Plata 2013". Nous lui avons posé quelques questions* :

 

Iton-Seine : Pourriez-vous nous parler de vous ?

Francisco Hernández : Mon nom est Francisco Hernández.
J'ai étudié les Beaux Arts à l'Université Polytechnique de Valence.
En premier lieu j'ai étudié la peinture, impliquant différentes techniques (huile et acrylique), puis je me suis concentré sur la photographie.
J'ai ensuite essayé d'utiliser cette double connaissance afin de réaliser des photographies illustrées.En quelques années, j'ai eu différentes expériences professionnelles, dans différents domaines, où j'ai essayé de mettre en œuvre ce type de photographie.

 

I. S. : Pourquoi avez-vous choisi de faire des photos de l'industrie, et notamment d'Iton-Seine ?

F. H. : En février 2012, David Cortes de la société "Sibarita Studio" préparait la mise en œuvre d'une solution très novatrice dans le domaine de la prévention des risques pour l'industrie, par le développement d'un support multimédia appelé "Stop Murphy". Après beaucoup d'effort, de recherche, de développement, de réglage, d'accord et beaucoup, beaucoup d'heures, les projets ont avancé et David m'a offert l'occasion de m'occuper d'une pièce de ce puzzle complexe en donnant une place de valeur à la photographie.

L'usine Iton-Seine faisait parti du projet. Je n'ai donc pas choisi l'endroit, disons que l'on me l'a proposé. 

 

 I. S. : Que visiez-vous avec ces photos ? Etait-ce facile de faire ces photos ? Avez-vous été impressionné ?

F. H. : L'objectif était de réaliser des images simples, fonctionnelles de chaque point chaud des usines et de fournir cette banque d'image à l'application "Stop Murphy".
Monsieur Marco Pozzi m'a aussi donné l'opportunité de faire des images artistiques supplémentaires de l'intérieur des usines. Voici comment cela a commencé.

Il n'est pas très confortable de réaliser ce type d'images dû aux mesures de sécurité à suivre.
Je n'ai pas l'habitude d'utiliser mon appareil photo de cette façon. Je portais des bottes, un casque, des lunettes de protection, des gants, des protections auditives etc...
Il était assez difficile de manipuler les boutons minuscules de mon appareil photo avec les gants de sécurité.

Une fois que vous entrez dans la zone principale, c'est un sentiment époustouflant, c'est un très grand spectacle de son, de lumières, d'étincelles, de chaleur et de feu.
Peut être parce que je suis de Valence (notre culture populaire jongle avec le feu et le bruit), je me suis senti tout à fait à l'aise dans cet endroit.
Je me suis rendu compte qu'il y avait de grands volumes avec ces hauts plafonds et la lumière passant à travers les fentes placées sur les murs.
J'ai éprouvé le sentiment d'être dans une sorte de cathédrale, donc j'ai mis ma large lentille angulaire pour obtenir ce sentiment d'espace énorme et impressionnant.

 

I. S. : Quel prix avez-vous gagné ?

F. H. : On m'a attribué le "Lux de Plata 2013" dans la catégorie "Industrie"
"Premios Lux" est une récompense nationale donnée chaque année par l'A.F.P. (l'association espagnole de photographes professionnels) depuis plus de 20 ans.
Avec d'autres prix comme "Premio nacional de fotografia" (le plus important), c'est une référence principale dans le domaine.
Cette année plus de 2000 photographes ont concouru pour le prix du "Premios Lux".
Il y a l'or, l'argent et le Bronze et le mien était d'argent... (peut-être l'or la prochaine fois ?... Pourquoi pas).

 

I. S. : Que souhaitez-vous dire d'Iton-Seine, et à ceux qui ne connaissent rien de l'industrie sidérurgique ?

F. H. : Je peux dire que j'ai eu l'occasion d'assister à un process qui fait partie de nos vies mais dont nous ne voyons seulement que son état final.
Nous sommes entourés par des produits faits d'acier qui rend notre vie plus facile, mais rarement nous y pensons, ce qu'est l'histoire d'un objet, la matière, etc..
C'était une expérience très très intéressante et stimulante.

Je suis impressionné par la qualité technique et humaine des ouvriers de l'usine.
Ils étaient très aimables, m'aidant de tout leur possible en me donnant des consignes de sécurité et en m'indiquant les bons endroits pour prendre des photos.
J'ai été dans l'enceinte de l'usine pendant quelques heures et suis ressorti très fatigué.
Je suis impressionné par leur capacité et leur professionnalisme au travail. Une partie de cette récompense leur appartient.

Merci à tout le monde, merci à l'équipe ! … 

 

* Interview réalisée et traduite par Emilie PIAT

 

accueil emploi email